•  

     "A toi qui sommes Tous"

     

     

    J’ai mal à ma chair, moi, la Terre

    J’ai mal à ma chair chaque fois qu’un frère blesse un frère

    J’ai mal à ma chair, moi, ta Mère,

    J’ai mal à ma chair chaque fois qu’une once d’amour se perd

    Je ressens tes cris, tes râles et tes coups,

    Je ressens où tu meurs et aussi là où tu me troues

    Je ressens tes tissus, ton sang dans ma boue

    Tu me crois inerte, tu te trompes, je vis tout

    Je vis la peur de ceux que les prédateurs traquent

    Je vis la douleur, les coups et les matraques

    Je vis l’exode en masse, l’effroi des clandestins

    Je vis la nuit sans fin de ceux qui n’ont plus de matins

    Je vis les mots qui claquent, qui torturent, qui rendent fous

    Je vis les haines au ventre, les silences qui rongent tout

    Je vis l’usure, la sueur, le sperme le sang la vie,

    Je vis je lave je frotte tes plaies ouvertes dans mon oubli

    Je ravaude tes brèches et tes fractures sociales

    Je transmute tes déchets dans mon corps de toi sale

    Je t’ai tout pardonné, tout ouvert, tout permis

    Quoi que tu fasses, sache-le, tu restes mon enfant chéri

    A toi j’ai tout donné, ici, comme à chaque-Un

    Et je donnerai encore jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un

    Plus un exclu, plus un bafoué, plus un violé, plus un trahi,

    Plus un chassé, plus un vendu, plus un captif, plus un banni,

    Plus un au ban sous les haubans du droit de tous à être libres

    Je t’ai porté et te supporte, jusqu’à ce qu’enfin ton cœur vibre

    Tu apprendras, tu es doué, lent à quitter l’ornière de l’erreur

    Mais inventif et bon aussi, persévérant, et je sais que viendra ton heure

    De tout mon être, j’ai foi en toi, chaque seconde en toi j’espère,

    Enfant béni et fou, pur amour-joie, chair de ma chair.

     

     

    A toi qui sommes Tous

     

     

    Texte : Sylvie Ptitsa * Peinture : Anaël Azuria (Azuria Artwork)

    A paraître dans l'ouvrage collectif :  "Arrêts sur images"

    Offert à la newsletter 2/18 du Petit Lexique des Nouveaux Paradigmes

     

     Ecouter le texte

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique