• Pour chaque étoile qui tombe

     

    Pour chaque étoile qui tombe

     

     

    Pour chaque étoile qui tombe 

     

     

    « Tu n’as pas le droit !
    Laisse-les tranquilles, le ciel n’est pas à toi ! 
     
    -Ordre du Big Dark !, nous fut-il répondu :
    Trop d’astres, trop de lumière : à la benne, avec les détritus !
     
    - Tu ne peux pas faire ça ! Les étoiles nous éclairent, elles apportent l’espoir
    Du fond de l’univers, elles illuminent le noir
    Elles diffusent soutien, amour, joie, paix, sagesse…
     
    -Justement, c’est gênant, c’est bien trop de largesses !
    Le monde n’a pas besoin de toutes ces pacotilles.
    Le Big Dark ne jubile que quand vos larmes brillent.
    Vos peines et vos détresses sont pour lui des diamants,
    Vos rages, vos luttes, vos haines, des rubis rutilants,
    De toutes vos frustrations, il gave son  trésor
    Il fond vos désespoirs en barres de lingots d’or …»
     
    De son râteau crochu, alors, le sbire noir
    A décroché du ciel toutes les étoiles du soir
    Et dans un grand fracas de splendeur mise à sac
    Il les a piétinées, sous nos yeux, toutes en vrac.
     
    « Mais ne fais pas cela ! Leurs branches vont se casser !
     
    -Elles seront moins gênantes quand elles seront brisées !
     
    -Pourquoi tant  de colère, d’acharnement, de hargne ?
     
    -Elles sont bien trop brillantes : qu’elles aillent au bagne ! »
     
    Ainsi a commencé, ce soir-là, sur la Terre,
    Le temps des nuits sans lune, sans étoiles, sans lumière
    Le temps des voiles, des coups et des obscurantismes
    De la peur du voisin, des exclusions, des fanatismes.
     
    L’ombre étendit si bien son emprise jusqu’au sol
    Que les cœurs, un à un, fermèrent leurs corolles
    Et le soleil lui-même, fatigué de trop voir,
    Finit par déserter le sombre territoire.
    Dans cette nuit glaciale, hostile, éternelle,
    Big Dark , en ricanant, fit vider les poubelles
    Et répandit à terre, comme autant de trophées
    Les restes cristallins des étoiles sacrifiées.
     
    Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’elles étaient des graines
    D’éternité venues, de toutes parts, changer l’espèce humaine
    Leurs fragments démembrés, et d’autant plus nombreux
    Se rassemblèrent sous terre en un seul et même feu
    Et quand vint le matin, au sortir du sommeil
    De plomb où Big Dark celait la planète,
    On vit, telle un cauchemar, s’évaporer la bête
     Car dans la nuit, la Terre s’était fête soleil,
    Chaque étoile tombée ayant fait voeu pour elle
    Qu’à chaque être brisé, il pousse au moins deux ailes.
     
    Si d'avenir vous voyez une étoile tomber,
    Ne dites pas : « C’est une chute »,
    Sachez : c’est un baiser.

     

    © Photo : Willy PIERRE, tous droits réservés

    © Texte  : Sylvie PTITSA, 16.07.2016

     Ecrit le soir de l'attentat sur la Promenade des Anglais à Nice

    A paraître dans le recueil "Arrêts sur images" 
     

    Présentation du recueil

    sceau1aq-copie-1.gif


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :